Skip to content

La découverte du S-23

Pendant plusieurs années, les chercheurs ont tenté de mettre au point des moyens de contraception simple et efficace pour contrôler le taux de natalité des êtres humains. Chez la femme, les anovulants sont alors apparus. Que s’est-il passé chez l’homme pendant ce temps ? C’est en 2009 que la compagnie pharmaceutique GTX créa le S-23 !

Le s-23 est un sarm comme tous les autres sarms, sauf qu’il est le plus puissant de cette catégorie. Puissant au point d’être celui qui ressemble le plus aux stéroides anabolisants et ce, sans tous les effets indésirables des stéroides. Les effets secondaires potentiels de ce sarm sont l’inhibition de la production de testostérone, les potentielles sautes d’humeur, l’atrophie des testicules et une urine plus foncée. Toutefois, tous ces effets sont temporaires et disparaiterons lors de l’arrêt du produit. Parmis les effets positifs se trouvent: un important gain de masse maigre, un gain de force et une sensation d’énergie tout au long de l’entrainement et une perte de tissu adipeux.

La dose recommandée pour ce sarm se situe entre 20 et 30mg par jour séparé en 2-3 doses de 10mg chacune. Certains utilisateurs ont même expérimenté beaucoup d’effets positifs en augmentant la dose jusqu’à 50mg/ jour. Pour ce qui est de la durée de la prise de ce supplément, elle est de 8-12 semaines consécutives. Après quoi, un pct ( post cycle therapy ) est fortement recommandé. De plus, le s-23 se marie bien avec d’autres sarms comme le rad-140 et le lgd-4033.

En conclusion, le s-23 est un puissant agent pour améliorer les performances et tout comme l’ensemble des sarms, il n’a aucun impact négatif sur le foie, les reins, la perte de cheveux et autres effets associés aux stéroïdes. Simplement parce que ses récepteurs ne sont situés que sur les muscles et les os.